À la découverte de Google Home

Comme vous avez peut-être pu le voir sur Twitter : cet été, je n’ai pas pu m’empêcher de craquer sur le tout nouveau Google Home (et je ne suis pas le seul dans l’équipe 😉 ). Aujourd’hui, je vous propose donc un rapide tour du propriétaire afin d’introduire mon nouveau compagnon de jeux.

Plus qu’un énième article test sur Google Home (parfois très subjectif) ce billet est surtout une manière de démarrer une nouvelle série sur ce produit et sur les manières de l’interconnecter à d’autres systèmes. Il n’engage que moi et reflète seulement l’expérience que j’ai eue avec ce produit.

 

Découverte et mise en marche

Dès l’ouverture de la boîte, le packaging est très soigné. Le produit est plutôt élégant et donne une bonne impression.

Ouverture

Ouverture

 

Quelques instructions sous forme de petites cartes, une prise à brancher, une application à télécharger sur son smartphone et le tour est joué. Quelques questions et “Ok Google” plus tard, la configuration est terminée. Il ne reste plus qu’à lui trouver une place et à dire la phrase magique pour éveiller votre assistant vocal.

 

Mon installation

Mon installation

 

 

Une enceinte connectée sympathique

Avant d’aborder l’aspect assistant vocal qui est plus pointu, je voulais m’attarder sur le son de ce produit.

En effet, je pense comme beaucoup avant l’achat, je me suis demandé :

Est-ce bien raisonnable d’investir autant dans un gadget que je n’utiliserai peut-être pas ?

Cherchant des excuses ça et là, j’en suis arrivé à la conclusion suivante :

Au final cela fait une enceinte connectée de plus, pour un prix correct, allez go !

 

Cet argument est-il valable ? J’aurais tendance à dire que oui. Sans être dans le top du top en matière de son, on arrive à un volume satisfaisant. Le spectre sonore est équilibré et on obtient un son à 360°. De plus, sa compatibilité bluetooth lui permet d’être utilisée simplement comme une enceinte.

Bien sûr, ne vous attendez pas a des basses de folie et un grain digne d’une installation d’audiophile, mais pour le prix, il n’y a pas grand-chose à redire. Vous trouverez aisément dans le commerce des enceintes bluetooth plus chères et de moins bonne qualité.

 

Un assistant de tous les jours

Maintenant que ma petite parenthèse est terminée qu’en est-il de l’assistant vocal ?

 

“Ok Google”, tu m’entends ?

Google Home - Credit www.nextdayblinds.com

Google Home – Credit www.nextdayblinds.com

Je trouve les micros assez bluffants, ils captent plutôt bien les voix. Il n’est donc pas nécessaire de se tortiller ou de chercher Google Home pour qu’il vous comprenne.

Même si au début vous tenterez de lui simplifier la tâche en lui parlant dans le creux du micro, très vite vous ne vous poserez plus de questions et son usage deviendra plus naturel. D’un point de vue “technique” La plupart des tests avancent une portée de 7 à 8 mètres qui semble être assez juste, voire supérieure dans de bonnes conditions.

Cependant, si vous souhaitez une expérience optimale dans de grandes pièces du type cuisine ouverte sur salon, un seul assistant sera peut-être un peu juste. Attention aussi à l’emplacement de votre assistant et à l’acoustique qui ne peut que fortement influer sur la portée.

Avant de finir sur les micros, une bonne chose à savoir c’est que le “Ok Google” ne déclenchera pas votre téléphone si un Google Home (connecté au même compte) entend votre requête.

 

Me comprends-tu ?

La compréhension est plutôt bonne comparée à la concurrence. Sans être parfaite, elle est assez efficace concernant les phrases simples. On peut cependant être assez rapidement frustré sur des situations banales qui demandent plusieurs actions ou qui font appel à des services pour le moment indisponibles en France.

Par exemple sur une phrase du type :

Ok Google, met la saison 1 épisode 2 de Black Mirror sur la télé

On obtient un très frustrant

Je ne peux pas encore lire les séries saison par saison ou épisode par épisode

Le système a bien compris mais le service n’est pas encore assez mature pour permettre l’action.

 

Plus qu’un problème de conception, c’est ici un problème de maturité qui, je pense, se réglera assez vite. En effet, j’ai l’impression qu’il y a déjà une certaine amélioration et mon utilisation du produit me semble de plus en plus fluide.

 

Jouons ensemble ?

C’est un point qui parait illusoire et peu important mais à tord. Google Home est bien plus interactif que les précédentes solutions de Google. Il recèle de nombreux easter eggs, jeux, blagues, etc. pas toujours au top, mais assez pour donner un côté plus naturel à son utilisation.

 

Bref.

Pour résumer il devient assez vite naturel de l’utiliser, car il n’est pas nécessaire de modifier son comportement pour profiter de ses services.

De plus, l’application qui l’accompagne est relativement complète et elle permet de créer des raccourcis vocaux ou encore de matérialiser de manière visuelle les actions qui ont été effectuées.

On regrettera cependant que certains services ne soient pas encore ouverts ou partiellement en français. Ainsi, dans mon cas par exemple, je ne peux pas encore interagir avec mon Google Agenda.

 

Un bon compagnon de domotique ?

Partenaires Google Home

Partenaires Google Home

La question est plus délicate. En effet, pour mon usage Google Home est la solution idéale. J’ai réussi assez simplement à connecter mes enceintes multiroom, ma télévision via ma Chromecast et mon éclairage grâce à mes Philips Hue.

De plus, j’utilise Netflix et Spotify Premium je suis donc dans une configuration assez favorable à l’utilisation de ce produit et il est vraiment agréable de pouvoir changer de série sur la télé ou encore de lancer la musique seulement en parlant.

Cependant, la liste des systèmes compatibles est assez limitée ce qui en freinera certain. Il sera alors nécessaire de passer par des solutions plus techniques afin d’intégrer des systèmes non pris en charge nativement.

Cependant, grâce à IFTTT et à des API assez ouvertes il semble assez simple d’étendre les possibilités de l’appareil. De plus, la prise en charge prochaine du français dans Actions on Google devrait donner un nouveau coup de fouet aux services et interactions disponibles.

La liste des partenaires aux États-Unis est beaucoup plus longue qu’en France. C’est donc un bon signe qui ne laisse présager que du bon.

 

Mais, est-il parfait ?!

Non, loin de là. Il souffre en effet de quelques défauts, je dirais de mon point de vue qu’il y en a trois majeurs :

  1. Ok Google, met Sum 41 sur Sonos

    Ok Google, met Sum 41 sur Sonos

    Il n’est pas aussi efficace quand il doit allier le français et l’anglais. C’est assez embêtant pour la musique. Par exemple, quand je lui demande du SUM 41 j’ai le droit en retour à : “je vous met du SUM quarante et un”

  2. Le manque de partenaire. Même si la liste n’est pas ridicule il n’y a pas encore énormément de produits compatibles. Par exemple, les produits Sonos ne le sont pas. J’ai donc dû mettre en place un bricolage pour pouvoir les utiliser.
  3. Des services encore indisponibles pour la France. Même si ce n’est qu’une question de semaines, c’est un peu frustrant.

 

Conclusion

Je ne suis pas déçu de mon achat même si quelques défauts de jeunesse sont perceptibles.

Le produit est bien fini, bien pensé et s’avère agréable à utiliser. Cependant, je pense que son apprentissage du français n’est pas terminé et son utilisation est donc moins fluide qu’une version anglaise.

La plupart de ces défauts semblent cependant se résoudre assez rapidement (je sens que je vais devoir actualiser régulièrement cet article). Par exemple, entre le moment où j’ai commencé à écrire mon article, Google Home ne comprenait pas “Ok Google, met sum forty one sur sonos” à cause des mots anglais (et probablement de mon accent), aujourd’hui cette phrase répond sans aucun problème.

J’espère que cet article vous a plu et vous a suffisamment bien introduit Google Home. Dans les prochains billets de cette série, nous verrons comment étendre et intégrer ce produit à d’autres systèmes afin d’en tirer le maximum. Alors à bientôt !

 

Hum….

Je finirai avec juste un petit coup de gueule. Il a été et il est toujours possible de lire tout et son contraire sur ce produit (et sur d’autres sujets). Ainsi, entre les annonces prématurées de fonctionnalités, les tests plus que subjectifs et, parfois, les fausses informations, il est difficile de se faire un avis… Je vous conseille donc plus que jamais de bien vérifier vos sources et si possible de tester la solution avant de vous faire un avis.
Pour rappel, vous avez toujours la possibilité avec les ventes sur internet de vous rétracter au bout de 14 jours ce qui vous permet de vous faire votre idée sur le produit.

Cadre en informatique dans une multinationale je suis un touche-à-tout passionné de nouvelles technologies.
Tu aimes cet article ? Alors partage le Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestShare on RedditShare on Tumblr

8 réponses

  1. DanoneKiD dit :

    Bonjour Quentin et merci pour ton retour sur GH.
    J’ai vu que tu as des Sonos Play:1 pour l’audio, est-ce qu’une GH peut remplacer une Play:1 ?

    • Bonjour,
      Merci du retour concernant l’article 😉
      De mon point de vue, le son du GH est plutôt pas mal mais je ne le trouve pas aussi bon que sur la play:1. Cela peut convenir au même type d’utilisation mais il ne faudra pas être aussi exigeant que ce qu’on pourrait l’être avec les produits de sonos.

  2. DanoneKiD dit :

    OK merci pour ton avis. Plus qu’à acheter une GH pour tester 🙂

  3. Yann dit :

    Merci pour cet article très intéressant. Comment fait on pour connecter sonos à ce système ? Je n’ai pas trouvé de solution pour le moment.. 😊

    • Bonjour, Il n’y a aujourd’hui malheureusement pas de solution “direct” pour le faire. Pour ma part je suis passé par un chromecast audio branché sur le line-in de mon play:5. Ça marche plutôt bien :).

      Cependant, une solution mieux intégrée pourrait voir très prochainement le jour. Des rumeurs parlent d’un nouveau produit Sonos (présenté le 4 Octobre) compatible avec plusieurs assistants vocaux.

  4. Damien dit :

    Salut Quentin,
    Bel article 🙂

  1. 4 septembre 2017

    […] Source link […]

  2. 6 septembre 2017

    […] Lire l’article complet sur le site original […]

Laisser un commentaire