Google Home Max le nouvel arrivant doit-il faire peur à Sonos ?

Crédit: https://www.blog.google

Passionné de musique et de technologie c’est naturellement que mes premières acquisitions domotique furent des enceintes multirooms. A l’époque, Sonos régnait en maître sur ce marché. Facile me direz-vous, il n’y avait pas de concurrence. Aujourd’hui le paysage à bien changé et nous assistons à un déferlement de nouveaux produits et de nouveaux acteurs qui viennent directement marcher sur les plates-bandes du leader historique. Alors, réelles challengers ou poudre de perlimpinpin? Je vous propose aujourd’hui de découvrir l’un d’eux, le Google Home Max. Et plutôt que de faire un test somme toute assez subjectif nous verrons un comparatif avec Sonos.

Pourquoi ? Et bien simplement car mon installation actuelle est composé de ces deux marques et qu’il m’est donc facile de les confronter. Je tenterais bien entendu d’être le plus objectif possible.

Présentation des compétiteurs

Sonos

A ma gauche nous avons Sonos qui possède une gamme composée d’une dizaine de produits. Que l’on peut regrouper en trois catégories.

La première s’intéresse plutôt à la musique en proposant des produits multiroom autonomes. Vous retrouverez par exemple la play:1, one, 3 et 5.
Cependant, deux produits se détachent. La play:5 en apportant des ports supplémentaires et la play:one qui intègre Alexa.

La deuxième catégorie s’axe quand à elle plus autour du monde de la télévision en apportant des connectiques

hdmi et/ou optique. On retrouvera notamment  deux barres de son, la Beam et la playbar ainsi qu’un produit assez atypique nommé la Playbase. La gamme est complété par un subwoofer pour les basses, le Sub. Là encore un produit se distingue, la Beam. En effet, elle est dotée d’Alexa et d’une compatibilité Airplay 2.

Enfin le dernier groupe de produits est dédié aux audiophiles et intégrateurs. Cette gamme est composée d’amplis et de passerelles permettant d’intégrer des équipements d’autre marques dans un éco-système Sonos. Les prix de ces équipements sont, bien entendu, en adéquation avec le public visé et je n’ai pour ma part jamais eu l’occasion de les tester.

Google

Du côté de Google les présentations seront beaucoup plus rapide

Google Home

Disponible depuis un peu plus d’un an en France nous avons déjà beaucoup parlé de ces deux produits. Il sont disponibles pour les sommes de 59€ et 149€. Bien que leurs performances sonores soient honorables pour la taille de ces produits et la gamme de tarif nous somme loin de la qualité d’une enceinte multiroom à proprement parlé. L’intérêt de ces produits est donc plus l’aspect assistant.

 

Google Home Max
Google Home Max

Disponible depuis le 30 Août dernier c’est selon moi la première vrai enceinte orientée vers le son. Elle est disponible pour la somme de 399€.

Le chromecast Audio est le deuxième produit orienté son. Un peu plus vieux (et difficile à trouvé depuis l’arrêt de la production) il permet de transformer n’importe qu’elle enceinte active ou chaîne stéréo en un équipement connecté. Bien pratique et pas très chère vous pouvez vous le procurer pour la somme de 39€.

Attention ici nous parlons des produits officiels Google. Il existe beaucoup de marques faisant des produits compatibles qui s’interfacerons sans soucis avec cette Gamme. Je pense notamment à Yamaha et leur gamme Musiccast ou encore JBL et leurs produits Link.

Maintenant que nous connaissons nos compétiteurs, voyons les avantages et les inconvénients de chacun.

Zoom sur le Google Home Max

Attardons-nous sur le dernier arrivé de Google. Son lancement officiel dans l’hexagone a eu lieu le 30 Août. Aucune annonce, rumeur, seulement une subite disponibilité dans bon nombre d’enseignes tel que la fnac, Darty ou encore Boulanger.

L’enceinte est équipée de deux boomers permettant de reproduire fidèlement les fréquences basses ainsi que deux deux tweeters dédiés eux aux sons aigus.

Crédit: https://store.google.com/product/google_home_max

Concernant les « connectiques » le produit vous permet de diffuser du contenu via trois moyens différents. Le wifi pour tous ce qui est platforme de streaming type Deezer, spotify, etc. Le Bluetooth et une entrée jack pour tous ce qui est diffusion en direct.

Ce point est assez pratique pour les gens qui comme moi souhaite brancher une platine vinyle.

Concernant le Bluetooth, comme les autres produits de la gamme, il présente une petite particularité. Il est capable de prendre le rôle de récepteur mais aussi d’émetteur. C’est à dire qu’il peut être associé à des enceinte bluetooth afin d’envoyer le contenu qu’il est lui même en train de lire.

A noter enfin la présence d’un mystérieux port USB C. Beaucoup d’articles en parle sans donner la raison de sa présence. Il s’agit en fait principalement d’un port permettant d’ajouter un adaptateur ethernet afin de connecter le Google Home Max à votre réseau domestique. Il semble aussi qu’il soit possible de charger un téléphone via ce dernier.

Prise en charge des assistants

Commençons par ce qui m’intéresse le moins. La prise en charge des assistants. Non pas que je n’apprécie pas d’avoir un assistant à la maison mais sur ce type de produit j’apporte beaucoup plus d’importance au son et à l’expérience utilisateur qu’à l’aspect assistant vocal. Entre le monde Sonos et Google nous avons deux philosophies différentes.

Alexa

Sonos nous propose une approche « hybride » proposant nativement Amazon Alexa et un support Airplay 2 ce qui la rend contrôlable via siri. Enfin, il est question depuis plusieurs mois d’une intégration prochaine de Google Assistant. Cependant il subsiste certains doutes et Sonos reste très évasif et imprécis sur les modalités de cette intégration. Ainsi, on ne sais pas si le système deviendra compatible avec la norme Google cast qui permettrait d’intégrer les produits Sonos dans un écosystème plus large. Détail important, une installation ne peux profiter de ces avantages qu’à l’unique condition qu’elle soit composée d’au moins une sonos one ou une Sonos Beam.

Sans surprise, Google de son côté nous propose un produit prenant uniquement en charge Google Assistant. Je ne m’attarderais pas ici sur ce dernier mais si vous souhaitez plus de détail vous pouvez aller voir nos articles sur le sujet.

Calibration

Les deux éco-systèmes proposent des solutions de calibrations automatiques. Là encore, les deux philosophies sont assez différentes. Du côté de Google, si vous avez un Google Home Max vous n’avez rien à faire. L’enceinte se calibrera automatiquement grâce aux micros qu’elles possèdent.

Dans ces communications la marque nous annonces que son produit utilise le machine learning (technologie très souvent associé à l’intelligence artificielle). Marketing ou réalité? difficile à dire cependant j’ai effectivement constaté de légères différences de son en fonction du lieu d’installation du produit.

Sonos, de son côté, va vous demander de travailler. En effet son système de calibration, le true play, va utiliser votre téléphone pour capter le son de vos enceintes et se calibrer. Vous devrez alors circuler dans la pièce d’écoute avec votre téléphone à la main. Je ne peux cependant pas vous en dire plus sur l’efficacité ou non de cette solution. En effet, l’application True play n’est disponible que sur iOS :(. L’excuse de la marque, il est soit disant impossible de déployer sur Android à cause de la multitude de téléphones et donc de types de microphones qu’il existe sous Android. Dommage…

Application

Encore une fois nous avons deux approches assez différentes. Chacun des deux systèmes possèdent son application.

Pour sonos c’est le Sonos Controller. Cette application permet de gérer toutes les sources compatibles à un unique endroit. Si vous êtes abonné à plusieurs services de streaming vous pouvez donc les utiliser d’une manière unifié via cette application. Cette dernière va vous permettre aussi de gérer l’installation de votre matériel, la gestion des pièces/groupes d’enceintes, paramétrages de vos équaliseurs et des fonctionnalités secondaires tel que des alarmes. Pendant un moment critiqué pour son manque d’ouverture et de flexibilité Sonos à pris la décision d’autorisez le contrôle des enceintes directement via des client tiers. Ainsi vous pourrez utiliser les fonctions de cast directement dans certaine applications. C’est le cas par exemple de spotify ou de Google Play.

Sonos

Vous pouvez télécharger l’application Sonos Controller sur le playstore en cliquant-ici

Côté Google vous devez passer par l’application Home que vous devez déjà connaitre si vous avez un Google Home ou une Chromecast chez vous. Cette application vous permet principalement de paramétrer vos produits. Elle offre aussi un contrôle simple sur ce qui est en lecture à un instant t. Vous pouvez ainsi faire pause et reprise et régler le son. Pour le reste vous devrez passer par d’autres applications gérant votre contenu ou via Google Assistant.

Home

Vous pouvez télécharger l’application Home sur le playstore en cliquant-ici

Pour la partie applicative ma préférence va donc plutôt à Sonos depuis qu’ils ont permis aux éditeur tiers d’avoir un contrôle direct. En effet, globalement l’expérience utilisateur est aujourd’hui meilleure sur Sonos. Vous avez le choix entre une gestion centralisée ou décentralisée et la stabilité avec les services extérieurs est meilleure. Par exemple, avec Spotify la prise en compte des groupes sur Google Cast n’est aujourd’hui pas très stable alors que je n’ai pas de problème sur mon installation Sonos.

Enfin, l’application Home peut-être un peu complexe à utiliser au quotidien. Elle n’est pas faite pour un usage multiroom mais plutôt pour gérer et paramétrer l’ensemble de vos périphériques Google cast / Google Home. On a donc beaucoup de possibilités et de produit listés et pas trop envie d’avoir affaire à cette app tout les jours.

Multiroom

Outre le son, l’une des caractéristiques principale des produits multiroom est la capacité à associer des périphériques afin de créer des zones de lectures différentes qui pourront être utilisées simultanément avec le même contenu ou au contraire diffuser des choses différentes. Sur ce terrain, les deux systèmes s’en sortent bien et il est assez compliqué de les départager.

Peut-être avantage à Sonos pour deux raisons:

  • Une partie de la gamme est orientée TV/Home cinéma ce qui permet d’avoir un système qui n’est pas uniquement fait pour de la musique
  • Les sources de données « direct » tel que une entrée jack, un hdmi, une entrée optique peuvent être casté vers toute l’installation sonos. Côté Google c’est aujourd’hui beaucoup plus limité puisque vous ne pourrez entendre ces sources que sur deux appareils. Celui qui est branché à la source (jack uniquement avec le Google Home Max) et un second qui doit être paramétré en pair stéréo du premier (je ne l’ai pas encore testé personnellement).

Ce léger avantage de Sonos ne devrait pas durer, notamment, avec l’arrivé de barres de son compatible Google Assistant et chromecast chez JBL. On se doute aussi que la prise de maturité de Google sur ce terrain sera un plus.

Son

Point difficile, comment comparer et surtout vous donner assez d’éléments pour choisir. Je vais vous parler ici de mes ressentis (C’est donc assez subjectif). Je vous conseille donc d’aller essayer les produits avant d’acheter. Cependant, n’oubliez pas que les conditions de tests (en magasin) ne sont pas les même que vos futures conditions d’écoutes.

De mon point de vue, le Google Home Max rivalise largement avec Sonos sur le son. Il est cependant différent, plus « brut » et plus « précis ». Ce n’est ni mieux ni moins bon c’est juste différents. Certaines personnes préférerons d’autres aimerons moins. Cependant, le niveau de qualité est selon moi extrêmement proche. Aujourd’hui le seul défaut que je trouve à mon nouveau jouet et que je n’en possède qu’un. En effet, même avec la calibration le fait de n’avoir qu’un appareil n’est pas suffisant pour avoir une présence spatiale du son suffisante. Cependant, c’est le même reproche que j’ai eu de mon premier équipement, un play:5 de Sonos.

Bref, sur ce point ne vous fiez pas à la marque et testez pour choisir le son qui vous correspond. J’aurais cependant tendance à vous conseiller de prendre des éléments moins puissant mais plus nombreux si votre but est de sonoriser une pièce de manière équilibré.

Ouverture

Sur ce point les deux marques étaient encore il y a peu très éloigné l’une de l’autre. Côté Google depuis le départ le but est de promouvoir leur technologie Google Cast et de permettre à toute les marques de s’interfacer. Ainsi, encore aujourd’hui, c’est le système que je trouve le plus flexible. JBL et Yamaha sont notamment très présent sur ce secteur et permettent d’avoir un pannel de produits de plus en plus intéressants. De plus, certaines marque comme Yamaha déploie leurs propres applications qui peuvent combler les défauts que je citais plus haut.

Pour sa part, Sonos c’est toujours montré très directif et très fermé. Pas de bluetooth car « c’est un protocole peu qualitatif » pas de Chromecast car ce n’est pas dans notre philosophie, pas d’intégration dans des applications tierces car nous ne maitrisons pas l’expérience utilisateur, etc.

Cependant leur façon d’aborder les choses à radicalement changé depuis quelques années et on observe une ouverture de plus en plus grande. Ainsi nous avions vu qu’une plateforme développeur avait été lancé il y a peu, nous avons assisté à une ouverture assez grande avec l’intégration d’Alexa, d’airplay 2 et pour finir des déclarations publique laissant supposer une plus grande ouverture dans l’avenir.

Le point va donc à Google mais il y a fort à parier que les choses changent rapidement sur ce point.

Conclusion

Vous l’aurez compris le Google Home Max est selon moi une véritable enceinte multiroom. Elle rivalise sans problème avec les produits de gammes équivalentes de chez Sonos. Cependant, à l’heure où j’écris ces lignes il ne se démarque pas non plus spécialement. Ces points faibles sont les points forts de la concurrence et vice versa. L’ouverture du système est l’un des plus gros avantage de cette solution. Mais attention, qui dit plus d’acteurs dit plus de choix. Il sera obligatoire de bien réfléchir et de faire des choix parmi une liste de concurrents de plus en plus longue afin de monter une installation cohérente.

Côté Sonos, les choses sont différentes. On est moins ouvert et plus tourné vers iOS (calibration des enceintes, airplay2, etc.). Cependant la gamme est solide, cohérente et la marque s’améliore de jour en jour. Le plus gros point noir est le prix qui se situe régulièrement dans les plus élevé du marché. Cet aspect est cependant atténué par la longévité des produits et de leur supports. En effet, malgré une sensation d’emprisonnement, ceci donne plus de confiance en la marque (le Sonos play:5 première génération lancé en 2009 est toujours supporté aujourd’hui). Il est possible de s’équiper de manière incrémentale sans avoir peur que son installation devienne obsolète.

Se sont donc deux très bon systèmes qui ne devrez pas vous décevoir mais qui doivent être choisi en fonction de vos usages, de votre bourse et de votre installation déjà en place.

Cadre en informatique dans une multinationale je suis un touche-à-tout passionné de nouvelles technologies.

Tu aimes cet article ? Alors partage le Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Reddit
Reddit
Share on Tumblr
Tumblr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.