Installez votre raspberry pi

J’ai toujours en réserve un jouet qui n’attend que de sortir du tiroir. Aujourd’hui, je vous propose de travailler avec un raspberry pi afin de construire les briques de base d’un petit système domotique!

La première étape de cette série d’articles est de mettre en place une solution permettant de contrôler une installation hue et sonos. Je n’ai, aujourd’hui, rien de fonctionnel. Je vous propose donc de suivre chacune des étapes de recherche, d’installation et de mise en place de cette solution. Nous pourrons ainsi voir d’un oeil critique les différentes alternatives possibles et leur maturité.

Dans ce premier billet, nous allons voir comment mettre en place l’élément central de notre système, un raspberry pi v2 sous raspbian (un système d’exploitation).

Pourquoi ce choix ? Le Raspberry est peu onéreux et dispose d’une grande communauté (mais également car c’est ce que j’avais sous la main). En ce qui concerne raspbian, je pense que c’est l’une des meilleures solutions permettant d’avoir un environnement flexible et adapté à nos besoins.

Ce tuto est fait à partir d’un Mac. Ce n’est pas un près-requis car toutes les manipulations peuvent être faites sur d’autres platformes mais les techniques & outils peuvent différer.

Prérequis

Matériel nécessaire


Dans le cadre de cet article j’utilise un Raspberry Pi v2 mais je vous conseil la dernière version (v3)

Attention aux vitesses de fonctionnement ainsi qu’à la capacité de votre carte

Il est conseillé de choisir une alimentation 5V capable de fournir entre 2500 et 3000 mAh minimum.

Si vous avez besoin de vous équipez entièrement, vous trouverez facilement des kits complets comme celui-ci.

Si vous travaillez à partir de windows, vous aurez aussi besoin de putty, un petit logiciel qui vous permettra de vous connecter en ssh (un protocole de communication sécurisé très courant).

Préparation de la carte sd

Dans ce billet nous allons voir comment travailler avec le strict minimum. En effet, nous allons tenter de mener cette opération à l’aveugle sans écran, clavier ou souris branché à notre Raspeberry Pi. Toutes les actions passeront par votre ordinateur personnel habituel.

Choix du système d’exploitation

Comme pour tout ordinateur, il est nécessaire d’installer un système d’exploitation (OS). Les plus connus sur des machines traditionnelles sont windows et MacOs. Sur Raspberry Pi, vous avez de nombreuses possibilités ayant des caractéristiques particulières. Certains OS sont plutôt orientés média center, alors que d’autre axerons leurs fonctionnalités sur les jeux vidéo (voir cet article).

Aujourd’hui je vous propose d’installer Raspbian qui est un système basique et très utilisé.

  • Premièrement téléchargez raspbian.
  • Pour être sûr de ne pas avoir de soucis, nous allons vérifiez son intégrité. La plupart des sites vous fournissent une clé de vérification. Pour raspbian vous aurez ainsi un code sha1.
    Checksum

    Checksum

    via votre pc, vous pouvez donc lancer la commande suivante qui calculera le hash du fichier.

    shasum your_file.zip

    Il ne vous reste plus qu’à vérifier que la clé calculée est la même que celle disponible sur le site.

Flashez la carte sd

Votre fichier OS est téléchargé, il ne reste plus qu’à l’installer sur la carte SD qui ira se loger dans votre Raspberry Pi. Pour ce faire il y a plusieurs méthodes. Je vous propose d’en voir deux.

La méthode compliqué (vous devez avoir un accès à une console bash pour l’utiliser)

  • Décompresser votre archive
  • Connectez votre carte sd, ouvrez un terminal et lancez la commande
    diskutil list
    diskutil list

    diskutil list

    afin d’identifier la carte sd.

  • Ejectez proprement la carte sd avec la commande
    diskutil unmount Disk /dev/your_sd_card

    dans mon cas la commande est la suivante

    diskutil unmountDisk /dev/disk3
  • Copiez l’image sur la carte sd
    sudo dd bs=1m if=image.img of=/dev/ryour_sd_card

    (attention: le r avant your_sd_card n’est pas une erreur de frappe!) dans mon cas cela donne

    sudo dd bs=1m if=Downloads/2017-01-11-raspbian-jessie.img of=/dev/rdisk3

    Après quelques minutes, votre carte est presque prête!

La méthode simple

Téléchargez et installez etcher. Il permet de formater et de flasher correctement votre carte SD. Son usage est très simple, il suffit de sélectionner l’image que vous venez de télécharger, de choisir le disque à formater (ici votre carte sd) et de cliquer sur flash.

etcher

etcher

Paramétrage du système

Avant d’insérer votre carte dans votre raspberry il reste une dernière petite manipulation afin de pouvoir vous connecter en ssh. En effet, pour des raisons de sécurité l’accès ssh est bloqué par défaut. Il vous faut créer un fichier nommé ssh dans /boot/ pour le déverrouiller. Pour ceci rien de plus simple:

  • Vérifier que votre carte est bien montée
  • Rendez-vous dans le volume boot
    cd Volumes/boot
  • Créez le fichier
    touch ssh
  • Quittez le terminal et éjecter la carte.

Afin de passer à l’étape suivante sans écran ni clavier, nous allons devoir établir un lien réseau avec notre Raspberry. Pour ce faire plusieurs méthodes existent. Dans le cadre de ce tuto nous allons passer par le réseau local de votre box. Insérez la carte sd dans le Raspberry et branchez ce dernier à une prise ethernet de votre box et au courant.

Après un temps d’attente correspondant au démarrage de votre matériel, utilisez la découverte réseau de votre pc ou l’interface administrateur de votre box pour identifier l’adresse ip de votre Raspberry.

Lancez la commande

ssh pi@address_ip

et entrez le mot de passe

raspberry
Terminal

Terminal

Vous voilà connecté sur votre machine!

Paramétrages

Entrez

sudo raspi-config
sudo raspi-config

sudo raspi-config

Vous devriez accéder à l’écran suivant

Nous n’allons pas voir les différentes options qu’il vous est possible de paramétrer. En effet il existe beaucoup de ressources sur le sujet (par exemple).

Je vous conseille cependant au minimum de changer votre mot de passe (menu 2) et de paramétrer vos préférences linguistique et géographique (menu 4)

Conclusion

Voilà c’est tout pour aujourd’hui ! Vous devriez maintenant avoir un Raspberry pi fonctionnel et si vous maîtrisez un minimum les lignes de commandes vous devriez pouvoir commencer à vous amuser ! (Si ce n’est pas le cas un tour ici pourrait vous être utile pour vous préparer avant le prochain article 😉 )

La prochaine fois, nous verrons comment installer et configurer une solution permettant de centraliser et d’automatiser le contrôle de vos périphériques. A bientôt !

Cadre en informatique dans une multinationale je suis un touche-à-tout passionné de nouvelles technologies.

Tu aimes cet article ? Alors partage le Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Reddit
Reddit
Share on Tumblr
Tumblr

4 réponses

  1. Delphine dit :

    Chapeau bas les gars !! Que la force soit avec vous !
    Que Connected Services rayonne partout !!

    PS : Je suis petite joueuse à côté de vous, mais j’ai créé celui là en octobre : fcpepontduchateau.wordpress.com … chacun son terrain de jeu 😉

    A+ les copains
    Delphine

  2. Oliver dit :

    Bonjour Quentin, et merci pour cet article.
    Parmi tous les modèles Raspberry existant actuellement, lequel est le plus intéressant pour une installation domotique ?
    Merci

    • Bonjour,
      Personnellement, J’ai opté pour un raspberry Pi 3.
      Au vu du prix ( 34 euro ici) il ne me semble pas utile d’opter pour d’anciens modèles pour faire d’hypothétiques économies. Si vos besoins sont vraiment simple, que vous souhaitez faire des économies et que la présence d’un port Ethernet n’est pas rédhibitoire alors vous pouvez opter pour un Raspberry Pi Zero W.
      Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez toujours trouver d’autre information dans cet article de Jérémy.

      Bonne journée 🙂

  3. Oliver dit :

    Merci beaucoup pour cette rapide réponse 🙂
    Bonne journée à vous aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.